Accueil > Economie > Microéconomie > Asymétrie d’information et rationalité limitée - Fiche de synthèse des (...)

Asymétrie d’information et rationalité limitée - Fiche de synthèse des principales théories

samedi 10 octobre 2015, par Bernard Mantel

L’anti-sélection

Le phénomène d’anti-sélection est basé sur l’inobservabilité d’une caractéristique inaltérable d’un bien échangé par l’un des partenaires.

L’information est donc complète mais asymétrique

La conséquence du phénomène d’anti-sélection est de fausser le mécanisme concurrentiel car le prix n’est plus le signal adéquat de la valeur du bien (pour un prix identique, il est possible d’acquérir des biens de qualité différentes).

Ce phénomène est expliqué en détail par Akerlof (1970) dans un article sur l’inefficacité de la concurrence sur le marché des voitures d’occasion.

L’anti-sélection est source d’inefficience puisqu’elle empêche que se nouent des relations mutuellement bénéfiques

Il existe cependant des mécanismes qui peuvent, dans cette situation, améliorer le fonctionnement du marché :

- La discrimination
- La téorie du signal

La discrimination

La discrimination permet de découvrir les informations que les agents "souhaitent" cacher et de pallier l’asymétrie d’information.

Ce mécanisme a été détaillé dans les travaux de Stiglitz (1976) et la possibilité d’acquérir de l’information grâce à la discrimination sur les marchés de l’assurance :

Il est à priori impossible pour un assureur de cerner le niveau de prise de risque de chaque agent.
Le principe de la franchise permet de discriminer les agents à bas et à haut risque - en effet,

- un contrat, avec franchise élevée et prime faible, sera plutôt choisi par les agents à bas risque ;
- un contrat, avec franchise faible et prime élevée , sera plutôt choisi par les agents à haut risque ;

Néanmoins, la révélation de l’information dans le cadre d’un tel équilibre séparateur ne permet pas d’atteindre un optimum de Pareto.

La théorie du signal

Un autre moyen de parvenir à un équilibre séparateur dans le contexte d’asymétrie d’information est d’envoyer un "signal" :

- Les vendeurs de biens de qualité envoient un signal couteux et perçoivent un prix relativement élevé ;

- Les vendeurs de biens de mauvaise qualité, qui n’envoient aucun signal, vendent au prix minimal.

Compte tenu du coût du signal, les "bons" agents sont toujours défavorisés en cas d’asymétrie d’information et d’anti-sélection.

La rationalité limitée

Cette notion a été introduite par H.A. Simon (prix Nobel 1978).

La rationalité des agents est "limitée" , non pas dans le sens qu’ils sont irrationnels mais plutôt qu’ils se trouvent dans un contexte d’information imparfaite : ils ne disposent pas de tous les éléments por faire le meilleur choix possible pour eux.

Ils rencontrent 3 limites :

- Un coût élevé de collecte de l’information
- Un coût élevé de traitement de l’information
- des problèmes d’incertitude (processus de décision interdépendants)

En conséquence, les agents ne vont pas chercher la solution "optimale" mais se contenter de celle qui leur semble "satisfaisante".

Cette approche empirique de Herbert Simon relève plus de la théorie organisationnelle que de la théorie micro-économique.

Messages